Partir, c'est mourir un peu, auto-édition, 2019, 775 p. Roman illustré d'un frontispice et de cinquante illustrations photographiques.

Résumé :

1910, Igor Kleinenberg, jeune professeur d’allemand d’origine estonienne, devient précepteur à la Cour impériale de Russie. Côtoyant au plus près le pouvoir jusqu’à sa chute, il assiste aux aléas du pays, aux manigances de l’aristocratie pétersbourgeoise, au cheminement inévitable vers la révolution nationale en pleine conflagration mondiale. Témoin des traîtrises et du mépris envers l’empereur Nicolas II et sa famille, il l’est aussi du courage et de la détermination d’hommes et de femmes qui dans les plus grandes épreuves ne les abandonneront pas.

De Saint-Pétersbourg aux poussiéreuses villes d’Extrême-Orient, du soleil de Crimée aux neiges de Sibérie, Igor Kleinenberg raconte presque une décennie de la Russie dans ce qu’elle eut de tumultueux, de tragique et d’éminemment fascinant.

Dans ces mémoires fictifs foisonnants, construits à partir de témoignages du temps, s’entremêlent le portrait intime et vrai de la dernière famille régnante de Russie et l’histoire troublée d’un pays au tournant de son destin.


Comment se le procurer ?

Le livre participant au concours des Plumes francophones, il n'est pour l'instant disponible que sur Amazon aux formats broché et ebook : 

https://www.amazon.fr/Partir-cest-mourir-Alexandre-PAGE/dp/107088149X/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=partir%2C+c%27est+mourir&qid=1563124920&s=books&sr=1-1


Avis des lecteurs : 


Charlotte Brondin: https://www.instagram.com/p/B2FUYQsi9o3/

(4/5)

Une œuvre de titan !

Vous aimez l'histoire ? Ou la Russie ? Ou la vodka (bon ok je blague la...). Plongez dans ce pavé de 700 pages ! 

J'ai toujours aimée l'histoire mais la je dois bien reconnaître que c'est un travail de longue haleine !  On est plongés avec Igor dans la cour impériale de Russie... Et une longue aventure vous attend ! C'est instructif et prenant si bien sur le thème abordé vous intéresse. L'auteur réussit à mettre en lumière certains éléments de l'histoire, et en fabrique une compréhension plus aisée !

J'ai apprécier lire ce livre. Il est gigantesque tant par sa forme que par ce qu'il instruit. Bravo à Alexandre page pour ce travail !


Les Lcctures d'Emy: https://leslecturesdemy.com/2019/08/31/partir-cest-mourir-un-peu-alexandre-page/

(4.5/5)

Quand l’auteur m’a proposé de lire son livre, j’ai eu un peu peur. Je ne lis presque pas de roman historique et je ne m’intéressais pas du tout à l’histoire de la Russie. Mais je me suis dit que c’était une occasion de sortir de ma zone de confort et j’ai bien fait, car j’ai beaucoup aimé ce livre.

Dans ce roman, le narrateur est le précepteur d’allemand des Grandes-Duchesses de Russie. Il nous raconte l’histoire de la famille impériales de 1910 à 1920, sous le règne du Tsar Nicolas II, en passant par la Guerre de 1905 et la Première Guerre Mondiale. Entre complots, mensonges et idées reçues (surtout vis à vis de la Tsarine), ce roman vous embarque dans l’histoire incroyable de cette famille attendrissante.

Ce livre est très intéressant, j’ai appris quantité de choses sur la Russie et son histoire, que je ne connaissais pas du tout. C’est intéressant aussi d’avoir le regard d’un autre pays sur le conflit de la Première Guerre Mondiale. Je n’entendais que la version belge et française, j’ai adoré ouvrir ce champ de vision.

La lecture a parfois été longue, je dois l’avouer. Le livre fait plus de 700 pages sans dialogues. Mais si vous aimez l’histoire de la Russie, ou si vous ne connaissez pas (comme moi) mais que ça vous intéresse, n’hésitez pas, ce livre vous apprendra tout du règne du tsar Nicolas II.

LouveCeltique: http://surlesailesdunlivre.forumactif.com/t2061-partir-c-est-mourir-un-peu-de-alexandre-page?highlight=Partir+c+est+mourir+un+peu

(4.5/5)

Quel beau voyage je viens d'effectuer à travers tous ces magnifiques paysages de Russie, de la Crimée à la Sibérie, en passant par Saint-Pétersbourg. Mais également un voyage dans le temps, au coeur de la Russie du début du XXe siècle, sous Nicolas II.

Le narrateur et personnage principal au centre de tout le roman se nomme Igor Kleinenberg, et fut le professeur d'allemand des enfants impériaux, tout du moins ceux en âge d'apprendre.
On découvre ici, l'image d'un Tsar et Tsarine, bien loin de celle des livres d'histoire. Ils nous apparaissent sous un nouveau jour, celui avant tout d'une Famille, loin de la politique mondiale.
L'empereur séparait autant qu'il le pouvait sa vie de famille, qu'il affectionnait par dessus tout, de son rôle de dirigeant politique d'une grande puissance mondiale.
Les enfants impériaux se révèlent être des enfants simples,dignes de leurs rangs, mais respectueux des autres.
L'impératrice tenait à élever ses enfants dans le respect de la vie : Olga, Tatiana, Maria et Anastasia étaient des petites filles à la vie paisible, mais bien entouré.
Tout comme leur frère, le jeune Alexeï, enfant hémophile, héritier du trône surprotégé à cause de sa maladie.
Cette famille aimait la vie et la Russie, mais l'histoire leur a programmé un tout autre avenir, et c'est toute cette histoire que l'on découvre différemment, cette fois vécue de l'intérieur.
Félicitations à l'auteur pour son immense travail, car il y a énormément de recherches derrière cet ouvrage.
Une lecture émouvante, pleine de découvertes en ce qui me concerne et c'est avant tout ce que je recherche dans un livre: de l'étonnement.
Un livre à déguster sans modération.


Mcd30 (babelio): https://www.babelio.com/livres/Page-Partir-cest-mourir-un-peu/1155968

(4.5/5)

Ils n'ont pas été jugés, ils n'ont pas été exécutés, ils ont été livrés à des monstres sanguinaires. C'est une histoire bouleversante et émouvante car je me suis facilement retrouvée à la place d'Igor Kleinenberg, le narrateur. De 1910 à 1918, il enseignera l'allemand aux archiduchesses : Olga, Tatiana, Maria et Anastasia. Ce poste lui permettra de partager l'intimité de la famille impériale russe et de ses proches. Nous découvrons des anecdotes très amusantes, les suivons dans les déplacements officiels, les oeuvres de charité et réalisons les problèmes qui assaillent Nicolas II quant à gouverner cet immense pays. Ce sont des personnes profondément humaines, trop humaines pour le siècle à venir et son changement de mentalité. L'impératrice Alexandra est au prise à la germanophobie ambiante, on lui reproche son amitié pour Raspoutine, en fait elle est bien plus lucide et pragmatique que le tsar ce qui lui vaut quelques inimitiés. le tsar se débat avec les étudiants, l'intelligentsia, les bourgeois, sa famille, tous veulent le pouvoir. Satisfaire l'un c'est se faire un ennemi de l'autre. La presse fera courir des rumeurs, des ragots, des témoignages fallacieux Mais le peuple leur est fidèle. À l'arrivée de la guerre, la famille se sépare. Nicolas II et le tsétsarévitch Alexeï s'occupent de l'armée. L'impératrice et ses filles soigneront les blessés, tous se dévoueront pour leur patrie et son peuple jusqu'à l'abdication du tsar et leur emprisonnement. Une oeuvre aussi dense que la Russie est immense. Alexandre Page nous livre une fresque historique touchante sur la Sainte Russie, la Grande Guerre, la révolution. Un auteur doté d'une jolie plume et de beaucoup d'empathie. Beaucoup de photographies des protagonistes nous permettent de leur donner un visage. Un livre à lire pour en savoir plus et se forger une opinion."Lorsque les mensonges auront été dissipés, que les impostures auront été démasquées, que le chagrin aura passé, l'humanité se souviendra". Un grand merci à Alexandre Page pour ce SP ainsi que la confiance qu'il m'a accordée.


Gabrielle (du blog La Lectrice compulsive): https://lalectricecompulsive.home.blog/2019/08/11/partircest-mourir-un-peu-dalexandre-page-service-presse/)

(5/5)

Je remercie Alexandre Page pour sa confiance,j’ai été plus que ravie de découvrir sa plume.

Quel roman!

Quel bonheur!

Un véritable diamant brut, une perle,une pépite, un chef d’œuvre… J’ai à peine les mots pour dire combien j’ai aime ce roman.

La plume de l’auteur est brillante, précise,fluide et le récit en lui même est fascinant car les connaissances de l’auteur en histoire sont impressionnantes.J’ai souvent l’occasion de lire de très bons romans mais ce roman …Waouh. Aucun mot ne pourrait décrire la splendeur de ce roman d’une virtuosité bluffante qui mérite à juste titre le titre de chef d’oeuvre.







Créé avec Mozello - la façon la plus simple de créer un site Web.

 .